K-CULT

Korean Culture to understand Korean Cult

Le bilan de PSY

2012 était l’année PSY. Aucun doute là-dessus. Jamais on n’aura autant parlé d’un coréen. Coréen du Sud, j’entends. 5 mois se sont écoulés, sans qu’un jour ne passe sans entendre parler de cet énergumène. Now what ?

psy mtv

D’abord, il est important de noter un fort décalage entre la réception de PSY en Europe vs les Etats-Unis.

Classé plutôt comme une curiosité chez nous, il surfe sur ce que j’appelle l’effet O-Zone. Mais si, vous savez ces jeunes garçons venus de Moldavie qui chantaient Numa Numa Ye sur une aile d’avion. En France, PSY = O-Zone.

Parce que c’est un phénomène inexpliqué. Parce que PSY n’apparaît pas en télé. Donc pour le français moyen (comprendre qui n’a pas un copain coréen qui peut lui ressasser à longueur de journée que oui, PSY est un vrai artiste) c’est un mec pas beau sorti de nulle part, qui chante n’importe quoi, qui danse n’importe comment, et qui est juste drôle. D’où la comparaison à O-Zone. Et si les premiers à avoir entendu la chanson ont trouvé ça « pas mal », Gangnam Style a pris tellement d’ampleur sans raison que tout le monde trouve ça « nul ». Parce qu’elle passe tout le temps. Tout le temps tout le temps. La semaine dernière dans un bar du 6ème arrondissement, je l’ai entendu 2 fois en une demi-heure. C’est trop. Et si j’étais la première à en être fière, disons-le, là, ça me gave.

Ça me gave, parce que j’entends trop de fois des gens critiquer la chanson. Alors que c’était un titre léger, très humoristique à prendre au 12ème degré, aujourd’hui je n’entends que des critiques, parfois des plus virulentes. Ça me gave, parce que les personnes que je rencontre pour la première fois me demandent si je connais Gangnam Style (accompagné de quelques gnarf gnarf mega lol ptdr et j’en passe). En même temps c’est mieux, beaucoup mieux que « japonaise ou chinoise ? ». Mais quand même. Ça me donne l’impression que oui, enfin le monde reconnaît l’existence de la Corée. Mais réduit à un type qui fait l’idiot dans la rue.

Mais ouvrons un peu les horizons pour aller au-delà de l’Atlantique.

psy madonna

Aux Etats-Unis c’est différent. Un peu. La différence majeure réside dans le fait que PSY est énormément présent dans les médias. Entre ces apparitions en télévision et ces prestations scéniques avec MC Hammer ou Madonna, il fait déjà partie d’une autre catégorie. La presse fait globalement ses louanges plutôt que d’en parler comme un phénomène inexpliqué. Et selon son dernier message sur Twitter, il venait de parcourir 16 villes américaines en 22 jours.

PSY tweet

Cette différence de traitement est due au fait que là-bas, il prend la parole. Au début du buzz, il a pris la peine de faire X interviews pour expliquer ce que racontait sa chanson et pourquoi il fallait le prendre au n-ième degré. La presse a souligné son passage à Berklee, l’usine à Grammy américaine. Je ne dis que ça change de tout au tout. Mais si en France, on a plutôt tendance à s’attendre (et à attendre) que la flamme s’éteigne aussi vite qu’elle s’est allumée, nos homologues américains attendent plutôt la suite. Que va-t-il faire maintenant ?

Alors oui, PSY a signé avec la maison de disques qui a produit Justin Bieber et Carly Ray Jepsen (I just met you this is crazy so here’s my number call me maybe… et bam, vous l’avez dans la tête pour le reste de la journée, mwhahaha), qui ne sont pas des références musicales… mais dont on peut nier le succès commercial.

Un scénario possible pour PSY. C’est de produire une chanson en anglais. Qui fera probablement beaucoup moins d’effet que Gangnam Style, mais qui pourra être un énorme succès commercial. Il va faire une tournée internationale, mais ne remplira sans doute pas beaucoup en Europe. Et on le classera définitivement dans la même catégorie que Bieber.

Un autre scénario est qu’il rentre à Séoul, et sorte la seconde partie de son 6ème album qu’on attend depuis longtemps. Car oui, Gangnam Style était un extrait du Part I de son 6ème album. Comme d’habitude, en Corée, il va faire un carton, faire une tournée nationale monstrueuse. Eventuellement, un titre sera promu aux US, et rencontrera un succès mitigé. Et il poursuivra sa brillante carrière dans son pays.

Je ne sais pas ce qui est le plus souhaitable, et à vrai dire, j’espère qu’il existe un troisième scénario. Un où il continue d’être le merveilleux ambassadeur qu’il avait commencé à être. Où il montre qu’il est loin d’être un mec qui fait n’importe quoi, et qu’il est avant tout un auteur-compositeur de talent. Où il surprend tout le monde et continue de briller comme il l’a toujours fait en Corée.

Publicités

Un commentaire sur “Le bilan de PSY

  1. Pingback: 2012 en K-POP « K-CULT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 18/12/2012 par dans K-Pop, et est taguée .

Archives

%d blogueurs aiment cette page :