K-CULT

Korean Culture to understand Korean Cult

2012 en K-Movies

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 2012 a été une année exceptionnelle pour le cinéma coréen. 2 films coréens en une seule année qui ont enregistré plus de 12 millions d’entrées, c’est un signe d’un excellent cru puisque c’est un chiffre jamais atteint depuis « The Host » (괴물 – romanisation : Gwe Mul – traduction : le monstre) en 2006.
Je ne ferai qu’une revue rapide puisque malheureusement, je n’ai vu qu’une partie de ces films (de Paris, vous comprendrez que c’est compliqué).

Le film qui a tenu la tête du box office est « The Thieves » (도둑들 – romanisation : DoDukDeul – traduction : les voleurs), sorte de Ocean’s Eleven à la coréenne qui a généré plus de 60 millions d’euros. Reconnu par les critiques comme parmi les premiers bons films purement d’action, on y retrouve tous les éléments qui ont fait le succès de son frère américain. Une équipe de spécialistes en tous genres qui se regroupent pour faire un cambriolage, l’humour dans les répliques, les situations invraisemblables dans lesquelles se retrouvent les voleurs… Et comme dans Ocean’s Eleven, on retrouve un casting d’enfer : Lee Jung-Jae (이정제) (The Housemaid, Sandglass, The City of the Rising Sun, Il Mare), Kim Hae Sook (김혜숙) (Thirst), Kim Soo Hyun (The Moon Embracing the Sun, Dream High), Jun Jin Hyun (전지현) (My Sassy Girl, Il Mare, Windstruck), Kim Hye Soo (김혜수) (Tazza, A Good Day to Have an Affair), etc. Alors que le scénario ne casse pas des briques, le film bénéficie d’une excellente réalisation, en faisant un excellent film d’actions.

 

Le second film qui a rencontré un énorme succès est « Masquerade » (광해 – romanisation : GwangHae) avec l’excellent Lee Byung Hun (이병헌) (Joint Security Area, A Bittersweet Life, The Good, the Bad, the Weird, Iris). Ce dernier est accompagné de Ryu Seung Ryong (류승룡) (War of the Arrows, Hwang Jin-Yi) et Han Hyo Joo (한효주) (Dong Yi) constituant un excellent trio central. En plus de ce casting en or, la réalisation est également excellente, l’histoire est très prenante, et le scénario est très bien écrit. Pour rappel, Masquerade conte ce qui se serait passé pendant 15 jours, manquant des annales de Joseon, pendant le règne du roi GwangHae Gun. Plus d’infos dans un article écrit précédemment.

 

Il faut croire que le cambriolage était à la mode en 2012, puisque le 3ème film de cette sélection, c’est « The Grand Heist » (바람과 함께 사라지다 – romanisation : BaRamGwa HamKke SaRaJiDa – le titre coréen est le même titre qui a été donné au légendaire film « Autant en emporte le vent », qu’on peut traduire par « Disparu avec le vent »), également une histoire de vol. Sorti en début d’année, c’est l’histoire fictive de Robins des Bois du Joseon, qui décident de cambrioler les réserves de glace du l’état (une denrée rare) pour coincer certains ministres véreux du gouvernement. Comme on pouvait l’attendre d’un film avec Cha Tae Hyun (차태현) (My Sassy Girl, Speedy Scandal), le film est plein d’humour tout en pointant du doigt les hommes d’état corrompus, permettant même parfois de faire certains parallèles avec le présent. Le casting compte également Oh Ji Ho (오지호) (Chuno), Sung Dong Il (성동일) (Chuno, Answer Me 1997), Go Chang Seok (고창석) (The Front Line, The Host), Min Hyo-Rin (민효린) (Sunny) parmi la bande de voleurs, et même une apparition caméo de Song Joong Ki (송중기). Un gros coup de cœur sur la bande son qui contribue beaucoup au dynamisme du film, un peu d’un genre similaire à celle du k-drama Jeon Woo Chi. Sans être exceptionnel, The Grand Heist reste un très bon film léger pour passer un bon moment.

 

En tout début d’année 2012 est sorti un film qui a fortement contribué à lancer pour tout le reste de l’année la mode du rétro et du thème du premier amour en Corée : « Architecture 101 » (건축학개론 – romanisation : Geonchukhakgaeron – traduction : Introduction à l’architecture). Pourtant le scénario est simplissime : un homme et une femme qui n’ont jamais pu s’avouer être amoureux l’un de l’autre quand ils avaient 20 ans se retrouvent 17 ans plus tard. Mais le film a été un tel succès que les « œuvres » sur le thème du premier amour, ou avec un look rétro ont déferlé après. Chez les k-drama il y a eu « Love Rain » ou « Answer Me 1997 », le clip de la chanson « Illa Illa » reprend grosso modo la même trame d’histoire, toutes les émissions à succès ont fait au moins un épisode sur ces thèmes (Infinite Challenge et son « Gag 101 », Running Men lors de l’épisode avec Han Ji Min (한지민) ou encore lors de celui avec les chanteurs des années 80/90). Sans oublier que la chanson servant de fil rouge au film, une vieille chanson des années 90 a été le titre issu d’une bande originale le plus vendu de l’année, et que Suzy (de Miss A) jouant la version jeune de l’héroïne, est devenu l’icône du premier amour pour tous les coréens.

 

Passons maintenant au genre de prédilection des coréens : la comédie romantique. Et « Dancing Queen » est un bon film du genre, plus mature, plus abouti et aussi plus farfelu. Une trentenaire se met soudainement en tête de réaliser le rêve de sa jeunesse pour devenir chanteuse à l’insu de son mari, alors que ce dernier, modeste avocat, est projeté héros de la société malgré lui et devient candidat favori pour devenir maire de Séoul. Oui c’est n’importe quoi, mais c’est délicieusement drôle. Uhm Jung Hwa (엄정화) (Singles, Haeundae) et Hwang Jung Min (황정민) (You Are My Sunshine) forment un excellent couple à l’écran et malgré l’aspect léger du film, il traite de manière assez juste la relation d’un couple mûr. Comme toute comédie romantique coréenne, impossible de passer à côté de la scène à larmes qui m’a valu une scène très embarrassante en visionnant le film dans un avion. Mais malgré les clichés, Dancing Queen reste un bon film, parfait pour visionner un dimanche soir.

 

Dans les films qui ont marqué l’année et que je dois encore voir, il y en a cinq qui sont en tête de liste.

Les coréens aiment les jolis garçons. Les histoires d’amour avec des jolis garçons. Et les histoires fantastiques. Pas étonnant que « A Werewolf Boy » (늑대소년 – romanisation : NeukDae SoNyun – traduction : le garçon loup) ait été un succès commercial. Entre une tête d’affiche portée par Song Joong Gi (송중기) (Sungkyunkwan Scandal, The Innocent Man) et une l’histoire d’une jeune fille qui se prend d’affection pour un garçon abandonné qui montre occasionnellement des aspects bestiaux, le film avait tout pour plaire au public coréen. Sorti en novembre, je n’ai pas encore pu visionner le film, mais avec plus de 6 millions de spectateurs, il devait être cité dans cet article. Il est tout en haut de ma « to-watch list ».

 

Toujours dans la mode rétro, le film « Nameless Gangster » (범죄와의 전쟁 – romanisation BumJweWaUi JunJaeng – traduction : Guerre avec le crime) est également un incontournable de 2012. Revenant dans les années 80, on trouve une guerre de gangs, des flics véreux, des histoires de drogues, le tout avec un superbe casting avec Choi Min Sik (최민식) (Old Boy) et Ha Jung Woo (하정우) (The Yellow Sea, The Chaser). Le film a remporté de nombreux prix en fin d’année dont trois pour Choi Min Sik, mais aussi celui du meilleur scénario décerné par l’association coréenne des critiques.

 

« 26 years » sorti en fin d’année est également en haut de la liste. Le film raconte l’histoire des enfants de certaines victimes du massacre de Gwang-Ju (dans les années 80, des affrontements ont lieu entre la police et des manifestants étudiants et atteignent leur paroxysme quand la police tire sur la foule. Mais je ferai un article sur cet évènement historique important), qui cherchent à venger leurs parents en organisant l’assassinat de l’ancien président qui avait donné l’ordre d’ouvrir le feu. Inspiré de la BD du même nom du très populaire Kang Pool (강풀), ce film quelque peu polémique traînait depuis plusieurs années pour des raisons de financement. Au bout de quatre longues années, aidé par le financement de 15 000 internautes, et notamment ceux du chanteur Lee Seung Hwan (이승환) et du comédien Kim Je Dong (김제동), le film a enfin pu voir le jour en 2012. Côté casting on note la présence de l’excellente Han Hye Jin (한혜진) (Jumong), de Bae Soo Bin (배수빈) (Dong Yi) ou de Seulong du groupe 2AM.

 

Evidemment, impossible de ne pas citer Pietà (피에타) le film de Kim Ki-Duk (김기덕) qui a remporté le lion d’or de Venise. A priori le film serait très (très) dérangeant avec des scènes un peu (beaucoup) dures entre les deux principaux protagonistes, un homme et une femme qui prétend être sa mère, mais difficile d’ignorer un film de Kim Ki Duk, un des meilleurs réalisateurs coréens. Jo Su Min (조수민) et Lee Jung Jin (이정진) (Once Upon a Time in High School, The Fugitive Plan B) tiennent le haut de l’affiche.

 

Enfin, je termine avec « Deranged » (연가시 – romanisation : YeonGaShi) un modeste film catastrophe sur un virus sévissant en Corée et des héros qui pourchassent le remède. Encore une fois, pas de quoi remuer des foules niveau synopsis, mais le film a été salué pour sa réalisation et le jeu de Moon Jung Hee (문정희) et qui lui a d’ailleurs valu un prix au Blue Dragon Awards.

 

Ce qu’on attend en 2013.

D’abord le nouveau film de Park Chan Wook (박찬욱) (Old Boy), écrit par Wentworth Miller, avec Nicole Kidman, intitulé à ce jour Stoker.

 

« Fortune » (관상 – romanisation GwanSang – traduction : physionomie du visage) avec Song Gang Ho (송강호) (The Host, The Good, The Bad, the Weird, Thirst), Lee Jung Jae et Kim Hye Su est également attendu.

A la fin du mois est prévu de sortir le nouveau film de Ryu Seung Wan (류승완) intitulé « The Berlin File » (베르린) avec Ha Jung Woo, Jun Ji Hyun et Han Suk Kyu (한석규) (Shiri, Deep Rooted Tree).

 

« New World » (신세계 – romanisation : ShinSaeGye) avec Lee Jung Jae, Hwang Jung Min, Choi Min Sik et Song Ji Hyo est attendu en février pour une histoire d’un policier sous couverture dans un gang qui voit son secret en danger.

 

Un film dont on ne sait encore pas grand-chose, « My Pavarotti » avec Han Suk Kyu et Kang Sora.

Ou encore les rumeurs d’une suite du film « Friends » (친구) dont j’ai parlé dans un précédent article.

Publicités

Un commentaire sur “2012 en K-Movies

  1. Pingback: I Love You Mr Kim ! « K-CULT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :