K-CULT

Korean Culture to understand Korean Cult

Variations autour du calamar

J’adore les calamars. Sous toutes ses formes.

Calamar cru

Calamar cru

Le calamar cru, quand il est bien frais fait partie d’un de mes mets préférés. Sur la côte est de la Corée, les dames sur le marché découpent les calamars vivants et on peut déguster les fines lamelles crues qu’on trempe délicatement dans du « ChoJang » (초장), une sauce faite de pâte de piment rouge, de vinaigre, de sucre et d’ail. Une pure merveille.

Malheureusement, difficile de mettre la main sur un calamar suffisamment frais en France pour le manger en sashimi.

Mais il existe beaucoup d’autres recettes coréennes qu’on peut tenter plus ou moins facilement à Paris. Et en faisant mes courses le week-end dernier, j’ai craqué au rayon poisson. Je partage donc deux réalisations de la semaine.

 

La poêlée ou le BokKeum

Attention c’est spicy, et à vrai dire, plus c’est spicy, meilleur c’est.

C’est une poêlée de légumes avec des calamars dans laquelle on ajoute une sauce à base de GoChuJang, la pâte de piment rouge.

La poêlée de calamar, ou "OJingEo BokKeum"

La poêlée de calamar, ou « OJingEo BokKeum »

Comme légumes, je conseille des carottes, des oignons, de la courgette et des poivrons, permettant d’apporter du croquant à l’ensemble.

Entre nous, je suis plutôt du genre à vouloir faire vite et efficace. Et si les puristes feront revenir chaque légume séparément, je suis plutôt du genre à tout mettre en même temps… La cuisson est forcément loin d’être parfaite, mais j’évite de passer ma soirée dans la cuisine.

La sauce consiste à mélanger une cuillère à soupe de GoChuJang (trouvable en épicerie spécialisée), une cuillère à café d’ail pilé, de sucre et de sauce soja. Personnellement, comme bonne flemmarde, j’ai juste assoupli le GoChuJang dans un tout petit peu d’eau pour éviter qu’il ne brûle dans la poêle.

Evidemment, cela reste un BanChan, donc ça se mange avec du riz pour éviter d’avoir la bouche en feu. Obviously.

 

Le PaJeon

J’ai déjà blablaté sur le Jeon. Si les coréens utilisent plutôt de la ciboule pour le PaJeon, je n’avais malheureusement que des poireaux dans mon frigo…

On fera donc avec. Le seul problème est que le poireau cuit beaucoup plus lentement que la ciboule, il faut donc bien déchirer les feuilles (appelle-t-on ça des feuilles ??), et cuire à feu assez doux pour éviter de brûler.

Jeon1

Préparation du Pajeon

Pour la pâte, je me suis contentée de farine, d’eau et d’un oeuf. Malheureusement, elle était trop épaisse, il faut bien doser pour que la pâte soit suffisamment pâteuse mais pas trop.

On étale d’abord la pâte dans une poêle, on y met le poireau, puis les calamars qu’on a préalablement fait revenir. On remet une louche de pâte par dessus, et on laisse cuire à feu doux, suffisamment longtemps pour que le poireau cuise.

Et on retourne (sans en mettre partout -_-;).

Jeon

Bon appétit bien sûr

 

Dommage que je n’ai pas eu une bouteille de MagGulLi…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28/02/2014 par dans K-Food, et est taguée , , .

Archives

%d blogueurs aiment cette page :