K-CULT

Korean Culture to understand Korean Cult

Petite note intermédiaire

Lors de mon récent séjour à Séoul, je n’ai évidemment pas pu résister à une petite visite au cinéma pour aller voir « The King’s Wrath » ou « The Fatal Encounter ». Ce qui va me donner l’occasion d’écrire un article sur le roi JeongJo (정조), ou Yi San (이산). Ce dernier est l’arrière petit-fils du roi Sukjong (숙종), le roi de Jang Hui Bin.

kings wrath

Mais avant cela, j’ai voulu faire cette petite note intermédiaire. J’ai vu que mes 2 articles sur Jang Hui Bin (ici et ici) avait rencontré beaucoup d’intérêts, et il fallait que je partage quelques éléments complémentaires.

 

Le premier point que je souhaite soulever est la véritable histoire de Jang Hui Bin et de InHyun. Comme je l’ai déjà dit, beaucoup de dramas ou de films ont été réalisés sur la rivalité InHyun vs Jang Hui Bin. Et bien souvent, InHyun était la reine innocente, victime vs Jang Hui Bin qui tenait le rôle de méchante. Pourtant, ceux qui ont lu mes articles auront bien compris qu’il est difficile de qualifier InHyun d’innocente. Alors pourquoi a-t-elle pu préserver cette image de blanche colombe jusqu’à « Jang Ok Jeong Live for Love » ?
La raison est simple. Toutes ces fictions sont inspirées d’un ouvrage appelé « InHyunWangHooJeon » (인현왕후전) ou « l’histoire de la reine InHyun« . Cet ouvrage a été rédigé par une goongnyeo qui servait InHyun. Il est considéré même aujourd’hui comme un trésor, non pas pour l’histoire qui y est contée mais pour la description qui y est faite de la cour. Forcément, l’ouvrage, chick-lit avant l’heure, a déchaîné des passions, et beaucoup ont fait l’amalgame entre une fiction romancée et la véritable histoire.
Il revient donc à chacun de se faire un avis entre les écrits historiques (les annales du Joseon, écrits par les factions politiques) et les écrits romancés.

jangvsinhyun

 

Mais moi je crois que InHyun, comme Jang Hui Bin étaient deux femmes ambitieuses qui ont été des pions dans les guerres politiques des factions.

 

Enfin, pas que. C’est mon second point. Car j’ai aussi tendance à croire qu’elles étaient des pions pour le roi qui cherchait à solidifier le pouvoir du roi contre ses ministres. Le crêpage de chignons de ses reines étant un prétexte pour purger la cour. En effet, il semblerait que chaque renversement coïncidait avec un projet de loi du roi. En voyant que son projet rencontrait l’opposition de ses ministres, SukJong profitait des tensions entre ses concubines (soutenues chacune par des factions rivales) pour faire du nettoyage et faire passer en douce son projet.
C’est une théorie bien sûr. Mais je crois que SukJong était bien plus malin que ce qu’on croit.

sukjong

 

D’ailleurs, si tout le monde ne retient que ses histoires de femme, il faut lui attribuer des réformes importantes. On citera par exemple : sa campagne pour rétablir un système monétaire – l’accès aux plus hautes fonctions politiques même à la classe moyenne et les enfants de concubines – l’obtention de documents dans lesquels les japonais reconnaissent que les îles UlLungDo et USanDo (qui serait l’ancien nom de DokDo, cette même île au cœur des conflits entre le Japon et la Corée) font partie du territoire coréen
SukJong cœur d’artichaut ? Moi je pense plutôt SukJong fin manipulateur.

 

Dernier point, qui me permet d’introduire mon prochain article sur Jeong Jo. Nous nous concentrerons sur deux des fils de SukJong, l’un qu’il a eu avec Jang Hui Bin inscrit comme héritier, et l’autre qu’il a eu avec Lady Choi (Sook Bin).

C’est le fils de Jang Hui Bin qui succède à SukJong : c’est le roi GyeongJong (경종). Si vous vous rappelez, Jang Hui Bin était soutenue par la faction politique appelée Soron (소론). C’est donc elle qui sera au pouvoir pendant le règne de GyeongJong.
La faction rivale, les Noron (노론) fulmine, et aimerait voir le fils de Lady Choi prendre le trône.
Les Noron soutiennent que sur son lit de mort, SukJong aurait demandé à nommer le fils de Lady Choi, héritier de GyeongJong. Un fait impossible à vérifier.

Sauf qu’en parallèle GyeongJong est malade et n’a aucun enfant. En fait, Jang Hui Bin, quelque temps avant de mourir, avait demandé à voir son fils. En l’apercevant, elle l’aurait pris dans ses bras, et l’aurait blessé (intentionnellement ou malencontreusement, c’est un point discuté), le rendant quelque peu infirme et stérile. Une aubaine pour les Noron, qui vont sans cesse faire pression sur le roi pour qu’il cède le trône à son demi-frère.
En 4 ans, ça va être le cirque. Purges des factions, tentatives d’assassinat, un concentré des guerres politiques du Joseon.
Puis en 1724, GyeongJong trépasse, et c’est donc le fils de Lady Choi qui accède au trône. Il prendra le nom de YeongJo (영조). Et son couronnement marquera le retour des Noron au pouvoir.

arbre

 

Je ne parlerai pas vraiment du règne de YeongJo pour l’instant, mais je pensais important de faire cet intermède avant de parler du règne de JeongJo, qui succèda à ce dernier. C’est sous son règne que se déroulent les histoires du film « King’s Wrath« , mais aussi les dramas « SungGyunGwan Scandal« , « Conspiracy in the Court » et bien sûr « Yi San« .

dramasjeongjo

Publicités

Un commentaire sur “Petite note intermédiaire

  1. esperia1985
    08/06/2014

    Très intéressant! Je partage également ta vision de l’histoire!!^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 04/06/2014 par dans K-History, et est taguée , , , , .

Archives

%d blogueurs aiment cette page :